Vos enfants

De 2 à 11 ans : les enfants

Pour ce suivi, 1 à 5 séances peuvent suffire pour changer un comportement ou une problématique que vous avez perçue chez votre petit et sur laquelle il vous a été difficile de poser des mots. Lors des séances, l’un ou l’autre parent ou les deux seront toujours présents avec moi et aux côtés de l’enfant, une occasion pour vous aussi de découvrir ou de redécouvrir comment le lien parent-enfant peut être nourri de cœur à cœur, naturellement et en toute simplicité

Vous êtes inquiets parce qu’il a peur du noir ou parce qu’il dort mal, il fait « encore » pipi au lit, il fait des colères, il se laisse faire par les autres, il ment souvent, il veut toujours tout « faire bien », il trouve que tout est injuste, il est jaloux, hypersensible, triste, on se moque de lui, il a du mal à se faire des copains… Et parfois ses parents se séparent, il vit le deuil d’un proche, il a vécu un traumatisme…

Dans son monde émotionnel et dans son imaginaire, l’enfant détient les clefs pour renouer avec sa partie intuitive et sa relation avec elle l’aidera à lâcher prise, à reprendre confiance en lui, à se sentir plus fort et plus serein, à aimer la vie et à grandir en paix. Des exercices de visualisation ou des contes métaphoriques, des histoires qui se terminent toujours bien permettent d’écouter et de parler autrement à l’enfant.

L’imagination et la poésie enfantines ne sont ni crédulité, ni puérilité,
mais de l’intelligence dans une autre dimension.

Françoise DOLTO -

shutterstock_36219253
shutterstock_440916532

De 12 à 17 ans : les adolescents

La crise d’adolescence et l’âge bête sont des légendes et des paroles de grands qui ne comprennent pas plus qu’ils ne parviennent à gérer tout ce qui se passe et qui tout naturellement cherchent une explication en écho à leur propre adolescence…

Or, quitter son enfance est avant tout une mutation, une seconde naissance pendant laquelle la nature travaille à son rythme tandis qu’on n’est pas toujours prêt à la suivre : on sait ce qui doit changer en nous mais on ne voit pas encore vers quoi on va…

C’est une période qui peut être souffrance parce que l’adolescent a autant besoin d’un cadre et d’un soutien familial que de liberté et parce qu’il vit un mouvement plein de forces, de promesses de vie et de jaillissement d’une énergie de transformation. Il peut alors avoir envie de fuir tout ce qui est difficile : fuir en dehors de soi dans des aventures qui peuvent se révéler périlleuses ou fuir à l’intérieur de soi…

C’est aussi bien sûr une période de joies intenses, alors comment les vivre libre ?

En expliquant ce qui n’était pas ou mal compris et en acceptant ses ressentis, on s’apaise, on retrouve confiance en soi et en la vie pour dépasser ces bouleversements en toute sérénité :

  • Comprendre les transformations dans son corps
  • Découvrir sa beauté
  • Prendre conscience que la sexualité est importante pour tout le monde
  • Parler et vivre des passions, l’amour et l’amitié
  • Trouver sa place avec ses parents, les adultes et
    la société
  • Oser être face à l’autorité et savoir gérer des conflits
  • Aborder les pièges de l’adolescence : la violence,
    les délits, la drogue…
  • Expliquer les poisons que sont la culpabilité et
    la honte…

Idéalement, l’adolescent choisira lui-même s’il préfère être accompagné par son ou ses parents en séance, ou pas.

Il ne t’est jamais donné un rêve sans le pouvoir de le réaliser

Richard BACH -